Reconnaissance internationale pour le programme Self-Leadership
Jean-Yves Mercier

Reconnaissance internationale pour le programme Self-Leadership

Jean-Yves Mercier

Notre programme Self-Leadership était déjà largement légitimé par la pratique, que ce soit par sa large diffusion ou son impact attesté sur la vie professionnelle de ses bénéficiaires. Il lui manquait encore une reconnaissance internationale officielle et indépendante. C'est chose faite.

Le programme Self-Leadership a été développé en 2009 au sein de l'Executive MBA de HEC Genève, devenue depuis la Geneva Business School of Economics and Management (GSEM). Depuis, il a sans cesse bénéficié de recherches académiques poussées pour rester au faite de l'innovation. 4 versions successives, toutes basées sur une même architecture pédagogique unique et performante, ont permis d'intégrer les évolutions en termes de e-learning, mais aussi de sujets à traiter, comme celui de la viabilité personnelle face aux risques psychosociaux et d'obsolescence professionnelle. Cees versions se sont enrichies d'améliorations continues, notamment en matière de coaching à partir de techniques de visualisation.

2'800 personnes ont aujourd'hui bénéficié du programme, dont 900 au sein du MBA de l'Université de Genève, les autres par des parcours dédiés au sein d'entreprises Suisse, mais aussi en Australie, en France, en Espagne, en Autriche, au Luxembourg, en Tunisie et au Maroc. D'autres universités l'ont intégré à leurs cursus, à Paris, Sydney ou Toulouse. Cette large diffusion, conjuguée au taux de 92% des participants qui ont mis leur scénario personnel en place dans leur vie professionnelle (étude Agora Publica Lyon), attestait déjà de l'impact réel du programme Self-Leadership. Il manquait encore une reconnaissance officielle internationale. C'est aujourd'hui chose faite.

L'Association Mondiale des MBA, qui accrédite les meilleurs MBA internationaux, vient d'officialiser le classement du MBA de Genève parmi les 2%  meilleures Business Schools mondiales. Les 3 points mis en avant par l'AMBA pour justifier ce classement sont, en sus de la haute qualité d'enseignement et de la diversité internationale des participants, l'impact professionnel, la confiance et la capacité d'initiative qu'y gagnent les participants à travers le Self-Leadership.  

"Au cours du processus d'accréditation mené par l'AMBA, les membres du panel d'accréditation, représentant la haute direction, ont félicité l'enseignement des compétences relationnelles, mis en exergue par le module Self-leadership. Les étudiants ont montré qu'ils avaient pu y développer leur confiance en soi, leur conscience d'eux-mêmes et une forte autonomie personnelle".

Cette accréditation s'ajoute à l'accréditation AACSB de la Faculté (GSEM) et au classement de l'Université de Genève parmi le top 50 mondial et le top 12 européen (Shanghai ranking, ARWU). L'ensemble fait que Self-Leadership appartient au cercle fermé des 30 programmes exécutifs mondiaux (dont 10 européens) qui bénéficient de cette triple reconnaissance internationale.

Nous sommes évidemment fiers de cette certification officielle de notre travail comme de son impact au bénéfice de nos participants. Elle récompense 15 ans de recherche, d'innovations, mais aussi d'écoute continue de nos bénéficiaires, individus et entreprises. Elle nous permet de certifier de la qualité et de la percussion de notre parcours auprès de ceux qui n'en auraient pas encore entendu parler. Mais elle ne serait rien sans les mots des participants eux-mêmes, ceux qui vivent une transformation personnelle et professionnelle à travers le programme Self-Leadership. A l'exemple du message de Maju Sandino, un parmi tant d'autres arrivé ces derniers jours :

"Je voulais prendre un moment pour exprimer ma plus profonde gratitude. Tout au long de ce programme, vos enseignements, votre soutien, et particulièrement les perspectives gagnées au cours du Self-Leadership, ont profondément influencé et transformé ma vie. Je veux que vous sachiez que ceci a changé ma vision de la vie et de ma carrière de manière significative. Mon chemin et ma direction ont désormais un objectif clair et inspirant pour guider les autres. Et juste un an après cette transformation, je vois déjà comment ce changement a eu une influence positive au sein de mon équipe. Ces apprentissages ont été inestimables, et j'apprécie sincèrement votre impact durable sur mon développement académique, professionnel et personnel".
Revenir au blog

Découvrir d'autres articles

Prendre toute sa place

Prendre toute sa place

Prendre notre place, c’est décider de prendre des responsabilités. C’est avoir le courage d’endosser un rôle pour confronter nos aspirations à nos réalités professionnelles mouvantes. Faire acte de self-leadership va plus loin. C’est prendre sa place, mais aussi toute sa place.

L’entreprise est-elle responsable du sens ?

L’entreprise est-elle responsable du sens ?

Prôner le self-leadership de chacun pourrait laisser croire que les individus portent toute la responsabilité du sens de leur action. Position justement décriée par certains auteurs actuels, comme Christophe Genoud. Mais alors, seraient-ce nos organisations qui en sont responsables ?

Trouver du sens à son travail, c’est d’abord se trouver soi-même

Trouver du sens à son travail, c’est d’abord se trouver soi-même

Qu’est-ce qu’un travail qui a du sens ? Utilité de sa fonction, équilibre entre vie professionnelle et personnelle ou épanouissement professionnel ? Peu importe le statut, chaque métier peut en réalité faire sens.

Choisir de s'épanouir

Choisir de s'épanouir

L’épanouissement personnel est aujourd'hui une question de choix et de responsabilité. Laquelle choisissons-nous pour trouver du sens parmi le champ des possibles de notre environnement ? Et comment l’assumer pour y être utile ? Nous sommes passés en quelques mois d'un besoin personnel de nous réaliser à celui d'un engagement concret. Les crises récentes n'ont pas éteint notre besoin d'évoluer. En le focalisant sur le prochain pas à faire, elles l'ont rendu plus stimulant.